Raconter l’Histoire du Quatuor à Cordes en 50 minutes top chrono, serait comme organiser le speed dating de la musique classique ! Quatre siècles de créations, de compositions, d’histoires passionnantes… C’est avec cet esprit ludique et joyeux que Cécile, (Hélène Arnault) directrice de la programmation musicale a invité Andréa (Carole Leblanc) professeur de musicologie à l’Université Paris 23, pour donner à tous, la culture de cet art majeur, populariser, « contextualiser » allez, tentons-le, vulgariser ! Au détour de cette originale conférence, le quatuor Myosotis interprètera les pièces des grands compositeurs, de Haydn à Dutilleux en passant par Mozart, Beethoven, Brahms, Ravel, Webern…
En seconde partie, Christophe Giovaninetti, Bleuen Lemaître, Christophe Gaugé et Anthony Leroy nous donneront la joie d’entendre, une pièce majeure le 14ème quatuor (opus 131) de Beethoven.

Hala Ghosn, metteuse en scène

ÉQUIPE ARTISTIQUE
Auteurs : Côme de Bellescize et Christophe Giovaninetti
Metteuse en Scène : Hala Ghosn
Création Vidéo : Jérôme Faure
Comédiennes : Hélène Arnault et Carole Leblanc
Violon I : Christophe Giovaninetti
Violon II : Bleuenn Le Maître
Alto : Christophe Gaugué
Violoncelle : Anthony Leroy

Depuis sa naissance, au milieu du XVIIIe siècle, le quatuor à cordes a exercé une véritable fascination sur les compositeurs. Par son équilibre et son unité de timbre, on le considère comme un temple de la musique pure. Malgré les bouleversements profonds des époques, son répertoire n’a non seulement jamais cessé de s’enrichir jusqu’à aujourd’hui, mais tous les compositeurs ont pris grand soin d’y mettre le meilleur d’eux même.
Voici un spectacle-concert retraçant l’histoire du quatuor à cordes. Il est constitué de deux parties :
La première, sous forme d’une fausse conférence burlesque, théâtrale et joyeuse, se déroule sous forme d’un « zapping » des principales étapes qui ont jalonné l’histoire du quatuor à travers les différentes époques: quatre musiciens composant le quatuor à cordes, qui interprétent des extraits d’oeuvres, aux côtés de deux actrices décrivant les compositeurs et leurs quatuors, vous guident dans leur univers de 1750 à nos jours. Il s’agit là d’un véritable spectacle, à la démarche ludique et théâtrale, qui mettra également en lumière les valeurs esthétiques, historiques voir philosophiques accompagnant ces différentes périodes.
La seconde partie est à proprement parler un concert, avec l’interprétation du 14e quatuor (op 131) de Beethoven, joué intégralement. Il est l’une des oeuvres les plus sublimes du répertoire du quatuor à cordes et de la musique occidentale dans son ensemble.
Ce spectacle s’adresse à tout public, qu’il soit profane ou fervent mélomane.

NOTE D’INTENTION
En juillet dernier, lors d’un atelier sur la création d’opéra dans le cadre du Festival d’Aix-en Provence auquel je participais avec des auteurs, des metteurs en scène, et des compositeurs européens de ma génération, le jeune compositeur François Meïmoun m’avait convié aux répétitions de deux quatuors de sa composition, programmés lors du Festival. À cette occasion, il m’expliquait que le quatuor était la forme ultime de composition, la plus difficile, celle qui permet à un compositeur de s’affirmer, et de prouver sa valeur. Quelque mois plus tard, Bruno Cochet me proposait de participer à l’écriture d’Une histoire du quatuor avec Christophe Giovaninetti et Hala Ghosn ; et que Christophe Giovaninetti envisageait cette histoire comme une quête de la perfection musicale depuis le XVIIIème jusqu’à aujourd’hui. L’histoire de l’art rejoint ici l’actualité de la création, je me suis donc plongé avec plaisir, curiosité, et un peu d’appréhension, dans l’histoire de cette formation légendaire, très aride dans ses sonorités mais offrant des possibilités infinies d’écriture, et qui révèle l’ADN de la musique.
Côme de Bellescize, auteur

PRODUCTION
Théâtre de Rungis
DIFFUSION
Diane de Monteynard – Carte Blanche Musique
+33(0)1 45 66 97 11 ou +33(0)6 21 52 31 19

carteblanchemusique@free.fr

OEUVRE JOUÉE EN INTÉGRALITÉ :
14ème quatuor (opus 131) de Beethoven
OEUVRES CITÉES :
Bach, « L’art de la fugue »
Haydn, op76 n°2 « Les quintes » et op76 n°4 « Lever du soleil »
Mozart K465 « Les dissonances »
Beethoven, op 95 « Serioso », op 130 « Cavatine », op 18 n°6 et op133 « Grande Fugue »
Schubert, « La jeune fille et la mort »
Brahms, Quatuor n°3 op 67
Ravel, Quatuor
Webern, « Bagatelles »
J. Cage, « Four »
Schnittke, Quatuor n°3
Dutilleux, « Ainsi la nuit »
P. Glass, « Mishima »
Nirvana, « come as you are »